Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/05/2007

Eén Premier ou Un Premier ?

Encore un débat de potache digne d'une cour de récré d'école gardienne. Les Flamands ressentiraient si mal la nomination d'un francophone au poste de premier ministre ? http://www.lesoir.be/dossiers/Face_a_face/article_520620.... ** 

Constater que certains politiciens francophones en arrivent à supplier ce poste m'indigne. Au nom de l'égalité de partage du pouvoir, la Francophonie belge n'a-t-elle pas suffisament de poids pour se voir attribuer ce poste pour au moins un tour?

L'Impérialisme politique et médiatique Flamand. (le peuple, lui, s'en fiche)

Les politiciens flamands, adeptes d'arguments mesquins du style "c'est nous les majoritaires, donc on décide" ou "j'y suis, j'y reste" font preuve de très peu de discernement en bafouant de manière si ostentatoire une des valeurs fondamentale de la démocratie, celle qui veut que tout le monde a droit à la parole. Est-ce parce que notre pays compte une majorité de néérlandophones que ceux-ci ont le droit de décider de manière souveraine tout ce qui se passe en Belgique ? Mais cette majoritée annoncée partout comme un fait établi, sur quoi se fonde-t-elle?

Majoritaires, nos amis du Nord... c'est vraiment sûr ?

Certes, au niveau mondial, le Flamand est une langue qui ne se place pas très bien au classement des usages linguistiques. De là à dire qu'au temps de la Mondialisation grandissante, leur culture peut légitimement être considérée comme Minoritaire, il y a un pas que je ne franchirais pas, non. Mais au niveau de la Petite Belgique, il paraît qu'ils sont Majoritaires. C'est ce qu'on dit partout. Mais bon, on ne nous a jamais vraiment détaillé comment s'effectuait l'estimation de la répartition des rôles linguistiques en Belgique. Quand on pense que tous les habitants des communes à facilités et des communes à forte minorité (ou faible majorité?!?) francophone tout le long de la frontière imaginiare qui divise notre pays sont comptabilisés comme des flamandophones, je me dis qu'on nous trompe un tantitnet soit peu. (pfff, encore une couleuvre...)

Sans vouloir paraître plus catholique que le Pape, demandez à Jean Chrétien ce qu'il en pense... l'auteur de l'article cité plus haut ne résiste pas à la comparaison : représentant moins du quart de la population, les premiers ministre francophones du Canada on occupé ce poste plus de la moitié du temps cette dernière décennie.

J'ajouterais qu'au niveau de l'Union Européenne, on a tranché en faveur d'un système hautement démocratique, chacune des communautés composant le groupe, chaque état en l'occurence, aurait le droit de diriger le groupe à tour de rôle et durant une même période. Voilà, comme ça, tout le monde est content.

Bienvenue en République Démocratique et Populaire du Belgiekisthan !

Mais voilà que notre système hautement évolué se veut purement démocratique dans son fondement de base : c'est celui qui a la majorité qui décide, point. Donc, c'est le plus fort qui l'emporte. Les autres (franco- et germanophones) n'ont que le droit de la fermer. Une chance qu'on n'emprisonne pas les opposants... on est en 'démocratie', tout de même !

Si on pousse plus loin ce raisonnement (que je trouve absurde), l'attribution du poste de premier ministre à une personne qui fait partie d'un groupe majoritaire de la population entraînerait que celui-ci serait :

flamand, homme, issu de la classe moyenne, buveur de bière et supporter du de football, regardant la télévision plus de 2 heures par jour, ...

De ce point de vue, leur argumentaire ne tient plus très bien la route... pour être vraiment fidèle au principe du majoritaire de la majorité, il faudrait un belge issu des classes moyennes (un beauf, quoi!). Et il ne me semble pas que ça ait été le cas jusqu'ici. ;-)

Une répartition du pays, de la population, ... du pouvoir ?

On divise bien le pays en pourcentage de territoire, de population, de PIB, de dépenses sociales, et j'en passe entre Flamands et Wallons, pourquoi pas en faire de même pour le partage du pouvoir supprême, pour le poste du Premier ?

Les Flamands on une dette de 22 ans de Premierministration.

Le cabinet du premier ministre a été monopolisé pendant 33 ans par des hommes politiques Flamands. Si on respecte le clivage arbitraire des 60/40 et qu'au nom de la démocratie, on attribue le pouvoir selon la même répartition, on peut légitimement annoncer qu'ils en doivent  22 aux francophones.

De quoi faire rêver les premiers ministrables socialistes, humanistes ou libéraux... Cependant, quand je vois leurs discours, je me dis que ça vaut peut-être mieux que ce soit un flamand qui y reste, au moins je comprend pas trop ce qu'il raconte, du moment que ça résonne bien...

Finalement, je me rellierais à la conclusion de l'article du Soir, qui dit qu'en définitive, la population s'en fiche pas mal, au Nord comme au Sud, de la langue du Premier. Il s'agit juste d'un débat passionné entre quelques zouaves de politiciens, rejoints par des journalistes en manque de matière (cfr un sondage de... La Libre !).  Mais pourquoi donc, laisse-t-on à cette infime minorité, la majorité de la couverture médiatique? Est-ce vraiment démocratique tout ça ? Du coup, je m'écrie, vivement un premier ministre germanophone !

Monulf

** étrangement, ce sujet, qui se base notamment sur des sources de La Libre, n'a été traité que par Le Soir (qui cite de manière très fair-play les oeuvres de leurs confrères). La Libre, sur son site, s'est arrêté aux élections 2006. Un petit refresh s'impose, on est à J-20 !!!