Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/06/2007

L'enfer Policier est pavé de bonnes intentions

Après une petite interruption due à un certain dégoût des déclarations absurdes des politiciens en campagne, je reviens avec une nouvelle couleuvre fournie par la Police Locale cette fois-ci.

L'information est relayée par notre quotidien favori, qui titre : La circulation, une des priorités de la police locale
La circulation va devenir une des priorités de la police locale, indiquent mercredi "De Standaard" et "Het Volk". Les patrouilles de police ne laisseront plus un véhicule mal garé sans le verbaliser. Elle fera partie des sept missions de base de la police locale, en plus du travail de quartier, d'un accueil correct, d'une attention portée aux victimes, d'une intervention efficace, du travail d'enquête locale et du maintien de l'ordre public. La criminalité et l'insécurité relatives à la circulation ont pris une part importante dans les statistiques au cours des dernières années. (NLE)

Derrière ce florilège de bonnes intentions, lisons entre les lignes : La circulation est donc la PRIORITé de la Police. Afin de savoir exactement de quoi on parle, je consulte l'encyclopédie en ligne et je trouve :

La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route. source : www.wikipedia.org.

Je n'avais donc pas rêvé, la circulation sous-entend bien un déplacement de véhicules. Or, la première mesure annoncée par la Police concerne les véhicules mal stationnés. Mais un véhicule en stationnement, ça ne bouge pas que je sache ? Evidemment, c'est toujours plus facile de s'attaquer lâchement à ce qui ne bouge pas, ça demande moins d'effort.

Peut-on me dire pourquoi on ne s'attaque pas d'abord aux véhicules en mouvement ? Ceux qui brûlent les feux rouges, ceux qui roulent trop vite ou trop mal, ceux qui n'utilisent pas leurs clignotants et qui ignorent sciemment toutes les règles du code de la route ne sont-ils pas infiniment plus dangereux que les véhicules en stationnement ? La proportion de morts causés par les deux catégories est ... en fait, je ne sais pas ce qu'elle est, personne n'a jamais fait la comparaison des deux chiffres. Sans doute pour éviter de mettre en évidence que la Police est complètement à côté de la plaque. ;-)

Monulf.

31/05/2007

Journée sans accises ?

31 Mai, Journée sans Tabac.

En tant que fumeur invertébré, je ne pouvais pas passer à côté de cette opportunité. Une journée sans tabac, c'est toujours l'occasion de rappeler à tout le monde combien le tabac est si dangereux pour la santé : la sienne et celle des autres. On diabolise les vilains fumeurs nauséabonds et les associations anti-tabac montent au créneau pour dénoncer ce vice insupportable qui importune les autres.

Tout le monde s'accorde que le tabac est très très mauvais pour la santé. C'est même le deuxième cause de mortalité selon l'OMS. Bouh! le vilain tabac. Pourtant, je m'étonne tous les jours qu'une chose encore plus dangereusement mortelle que la Peste, le Choléra, la Tuberculose et l'hépatite réunies soit si accessible à tous. N'importe quel magasin en propose en vente libre. C'est hallucinant, vous ne trouvez pas ? Ce truc tue des millions de gens, brise des familles, cause des ravages dans des tranches entières de la population et on ne fait rien !?

A ce prix-là, pourquoi ne met-on pas aussi en vente libre les armes, les bombes à fragmentation, les drogues dures, les poisons instantanés, les mines antipresonnelles, les barres de Plutonium, les ampoules au Radium ?

Tentative de réponse pas "politiquement correcte" du tout :

Il y a quelques années, Philip M. a même dû s'excuser publiquement pour avoir osé publier les résultats d'une étude économique en Tchéquie. Cette recherche portait sur le bilan économique des fumeurs dans le pays. Je parle du bilan pour l'Etat. Pour la population, il est catastrophique, on le sait bien : cancers, longues agonies douloureuses et mort atroce. Par contre, pour l'Etat, c'est le Jackpot : Rentrées abondantes et constantes, avec les taxes et accises; demande absolument pas réactive aux augmentations de prix, économies de pensions car les fumeurs meurent prématurément (c'est écrit sur tous les paquets) et droits de successions perçus anticipativement par la même occasion. Le prix à payer est pourtant léger : à peine plus que quelques années de traitement lourd pour les pauvres cancéreux qui ont fumé toute leur pauvre vie.

Quand j'entends, surtout pendant cette journée-ci, que les fumeurs coûtent horriblement cher à la sécu, je suis déconcerté. A-t-on pensé un jour y faire un lien avec tout ce que les fumeurs rapportent à l'Etat ? Chaque année où Didier n'arrive pas à boucler son budget, il s'empresse d'augmenter le prix du paquet, et puis basta ! L'affaire est bouclée.

Donc, la journée anti-tabac, c'est du vent. Tant que les fumeurs rapporteront plus à l'Etat qu'ils ne coûtent, tout effort sera vain. D'un côté, on aura un ministre de la santé qui s'exclamera qu'il y a toujours trop de fumeurs Belgique tandis que juste derrière, celui des finances priera pour qu'il y en ait toujours autant, si pas plus. Une fois que le rapport coût/bénéfice sera inversé, paf ! on interdira les clopes et la Prohibition sera instaurée. Mais mon instinct me dit que ce ne sera pas demain la veille.

Vers une journée RAF ? (Remerciement Aux Fumeurs)

le 31 mai, je prend cette journée comme un hommage. De ceux qui ne fument pas, en reconnaissance aux fumeurs qui leur permettent de payer moins d'impôts. Le jour où on rend grâce à ceux qui supportent chaque année le déficit budgétaire de nos ministres si bon gestionnaires. Une ode à ceux qui se sont laissé berner et qui ont sombré dans la dépendance si profitable à nos concitoyens. A leur faiblesse lucrative. A leur propension à ne pas écouter ce qu'on leur dit, à s'en fiche des trop timides mises en gardes officielles quant aux dangers de la fumette...

La dernière question que je me pose à ce sujet : on a vu des veuves de fumeurs ou des fumeurs en phase terminales s'attaquer aux fabricants de cigarettes, pour avoir fait honteusement plein de bénéfices sur leur dos, sans leur dire assez fort ce qu'ils encouraient. Mais quand on sait que les fabricants n'empochent même pas un quart du prix payé par le pauvre citoyen pour son paquet de clopes, je me demande si tous ces gens ne se sont pas trompés de cible ?

Personne n'a-t-il un jour pensé à attaquer l'Etat pour son attitude irresponsable, qui en définitive incite plus les gens à se mettre à fumer que d'arrêter, dans le seul but lucratif d'assainir ses dépenses annuelles ?

Promis, la prochaine fois qu'on me reproche un peu trop fort de m'adonner à mon vice, je ne me laisserais pas faire !

Et puis crotte ! Si on arrêtait tous de fumer en même temps? Comme ça, ces emmerdeurs de non-fumeurs militants anti-tabac n'auront qu'à payer plus d'impôts. Ils feront moins les malins après coup...

Monulf

Mourir de ça ou d'autre chose, la vie est quand même trop courte. Tout dépend comment on décide de la vivre.

21/05/2007

Eén Premier ou Un Premier ?

Encore un débat de potache digne d'une cour de récré d'école gardienne. Les Flamands ressentiraient si mal la nomination d'un francophone au poste de premier ministre ? http://www.lesoir.be/dossiers/Face_a_face/article_520620.... ** 

Constater que certains politiciens francophones en arrivent à supplier ce poste m'indigne. Au nom de l'égalité de partage du pouvoir, la Francophonie belge n'a-t-elle pas suffisament de poids pour se voir attribuer ce poste pour au moins un tour?

L'Impérialisme politique et médiatique Flamand. (le peuple, lui, s'en fiche)

Les politiciens flamands, adeptes d'arguments mesquins du style "c'est nous les majoritaires, donc on décide" ou "j'y suis, j'y reste" font preuve de très peu de discernement en bafouant de manière si ostentatoire une des valeurs fondamentale de la démocratie, celle qui veut que tout le monde a droit à la parole. Est-ce parce que notre pays compte une majorité de néérlandophones que ceux-ci ont le droit de décider de manière souveraine tout ce qui se passe en Belgique ? Mais cette majoritée annoncée partout comme un fait établi, sur quoi se fonde-t-elle?

Majoritaires, nos amis du Nord... c'est vraiment sûr ?

Certes, au niveau mondial, le Flamand est une langue qui ne se place pas très bien au classement des usages linguistiques. De là à dire qu'au temps de la Mondialisation grandissante, leur culture peut légitimement être considérée comme Minoritaire, il y a un pas que je ne franchirais pas, non. Mais au niveau de la Petite Belgique, il paraît qu'ils sont Majoritaires. C'est ce qu'on dit partout. Mais bon, on ne nous a jamais vraiment détaillé comment s'effectuait l'estimation de la répartition des rôles linguistiques en Belgique. Quand on pense que tous les habitants des communes à facilités et des communes à forte minorité (ou faible majorité?!?) francophone tout le long de la frontière imaginiare qui divise notre pays sont comptabilisés comme des flamandophones, je me dis qu'on nous trompe un tantitnet soit peu. (pfff, encore une couleuvre...)

Sans vouloir paraître plus catholique que le Pape, demandez à Jean Chrétien ce qu'il en pense... l'auteur de l'article cité plus haut ne résiste pas à la comparaison : représentant moins du quart de la population, les premiers ministre francophones du Canada on occupé ce poste plus de la moitié du temps cette dernière décennie.

J'ajouterais qu'au niveau de l'Union Européenne, on a tranché en faveur d'un système hautement démocratique, chacune des communautés composant le groupe, chaque état en l'occurence, aurait le droit de diriger le groupe à tour de rôle et durant une même période. Voilà, comme ça, tout le monde est content.

Bienvenue en République Démocratique et Populaire du Belgiekisthan !

Mais voilà que notre système hautement évolué se veut purement démocratique dans son fondement de base : c'est celui qui a la majorité qui décide, point. Donc, c'est le plus fort qui l'emporte. Les autres (franco- et germanophones) n'ont que le droit de la fermer. Une chance qu'on n'emprisonne pas les opposants... on est en 'démocratie', tout de même !

Si on pousse plus loin ce raisonnement (que je trouve absurde), l'attribution du poste de premier ministre à une personne qui fait partie d'un groupe majoritaire de la population entraînerait que celui-ci serait :

flamand, homme, issu de la classe moyenne, buveur de bière et supporter du de football, regardant la télévision plus de 2 heures par jour, ...

De ce point de vue, leur argumentaire ne tient plus très bien la route... pour être vraiment fidèle au principe du majoritaire de la majorité, il faudrait un belge issu des classes moyennes (un beauf, quoi!). Et il ne me semble pas que ça ait été le cas jusqu'ici. ;-)

Une répartition du pays, de la population, ... du pouvoir ?

On divise bien le pays en pourcentage de territoire, de population, de PIB, de dépenses sociales, et j'en passe entre Flamands et Wallons, pourquoi pas en faire de même pour le partage du pouvoir supprême, pour le poste du Premier ?

Les Flamands on une dette de 22 ans de Premierministration.

Le cabinet du premier ministre a été monopolisé pendant 33 ans par des hommes politiques Flamands. Si on respecte le clivage arbitraire des 60/40 et qu'au nom de la démocratie, on attribue le pouvoir selon la même répartition, on peut légitimement annoncer qu'ils en doivent  22 aux francophones.

De quoi faire rêver les premiers ministrables socialistes, humanistes ou libéraux... Cependant, quand je vois leurs discours, je me dis que ça vaut peut-être mieux que ce soit un flamand qui y reste, au moins je comprend pas trop ce qu'il raconte, du moment que ça résonne bien...

Finalement, je me rellierais à la conclusion de l'article du Soir, qui dit qu'en définitive, la population s'en fiche pas mal, au Nord comme au Sud, de la langue du Premier. Il s'agit juste d'un débat passionné entre quelques zouaves de politiciens, rejoints par des journalistes en manque de matière (cfr un sondage de... La Libre !).  Mais pourquoi donc, laisse-t-on à cette infime minorité, la majorité de la couverture médiatique? Est-ce vraiment démocratique tout ça ? Du coup, je m'écrie, vivement un premier ministre germanophone !

Monulf

** étrangement, ce sujet, qui se base notamment sur des sources de La Libre, n'a été traité que par Le Soir (qui cite de manière très fair-play les oeuvres de leurs confrères). La Libre, sur son site, s'est arrêté aux élections 2006. Un petit refresh s'impose, on est à J-20 !!!