Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/05/2007

Quarante ans après, toujours pas d'accord.

Les différents médias de notre pays on rendu homage aux victimes de l'incendie de l'Inno, survenues voici 40 ans aujourd'hui. On a dit que c'était une des plus grandes tragédies civiles qu'ait connu la Belgique depuis qu'elle existe, que l'émotion est encore intense, etc.

L'émotion, je peux pas m'empêcher de la ressentir en regardant les images de l'époque. C'est moche tous ces gens qui sont morts, de la faute à 'pas de chance'. Ca inspire le respect au repos de leurs âmes.

Mais combien étaient-ils ? On montre souvent du doigt les différents médias qui dans l'empressement d'une annonce de catastrophe, annoncent tous des chiffres de victimes différents. Mais là, on est quand même QUARANTE ans après ! On a quand même bien eu largement le temps de les compter, un à un, et même plussieurs fois si on avait peur de se tromper !

UN PEU DE RESPECT POUR LES MORTS, MESSIEURS LES JOURNALISTES !

C'est vrai, quoi! La RTBF annonce 251 victimes décédées. Le Soir : "près de 325 dont toutes n'ont pas été identifiées". La Libre : "plus de 300, dont 259 identifiées". J'ai pas encore été vérifier dans autres journaux, j'en ai assez vu. De qui se moque-t-on ? On en est encore à ce point, aussi longtemps après ?

Entre 251 et 325, il y a quand même 74 unités de différence, soit 30% d'écart ! Septente-quatre âmes que soit la télévision publique a décidé d'ignorer (le jour où ils devaient les honnorer), soit le Soir a décidé d'inventer pour se donner une contennance.

Certes, il est pas évident d'estimer le nombre de personnes qui y sont restées. Sans doute qu'à l'instar du WTC, certains corps furent réduits en cendres à jamais ou que d'autres, y échappant in extremis aient choisi de fuir vers l'Amérique incognito afin de se reconstruire une nouvelle vie sous une autre identité. Nul ne saura jamais. Je trouve cependant légitime de penser qu'à la longue, tous auraient fini par se mettre d'accord sur un chiffre. Et bien non, il faut croire qu'il ont eu autre chose à faire pendant tout ce temps...

De grâce, messieurs les journalistes, face à un drame d'ampleur Nationale, vous ne pensez pas qu'il serait plus respectueux pour les victimes d'agir en toute dignité quand vous parlez d'eux ?

Une différence de 30 % entre deux estimations, c'est pas ce que j'appelle du journalisme sérieux. Si la RTBF a préféré ne parler que des victimes identifiées, c'est encore plus odieux de leur part. C'est promis, ce soir, je jette ma télé au feu, on y dit trop de conneries.

Monulf  (si triste pour les victimes, et autant pour les journalistes qui ne savent pas compter)

Les commentaires sont fermés.